Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A media on trend tourism

TRAVEL TOP COUNTRY MAG

En Côte d'Azur, le festival à ciel ouvert est « Le reflet de l’eau dans l’infini bleu »

Cette année, c'est d'une manière poétique que Le Festival des Jardins de la Côte d’Azur s'inscrit. Il devient le prolongement de la mer Méditerranée par la création « Le reflet de l’eau dans l’infini bleu » qui se déroulera du 9 mai au 11 juin. Une exposition en pleine air, aux terrasses du Casino. Le Festival entre dans le cadre de la démarche « GREEN Deal » initiée en 2018 par le Département Alpes-Maritimes pour devenir un territoire de référence dans le domaine du développement durable.
« Le reflet de l’eau dans l’infini bleu » l'oeuvre de Timothée ROCHE,

Timothée Roche est concepteur du projet et le décrit poétiquement:
Le reflet de l’infini
Sous le soleil brûlant de Méditerranée, un espace se dessine.
Des silhouettes verticales et touffues brossent le paysage que nous découvrons.
D’autres formes, cette fois-ci géométriques et anguleuses livrent une lecture architecturée de cet
endroit.
Des couleurs, des reliefs, des matières, toutes différentes composent cet écrin de paradis.
Dans ce jardin, les idées nous apparaissent claires et limpides comme l’eau qui vient envelopper le
visiteur et adoucir la température des côtes escarpées.
A l’imaginaire ensuite de projeter sur les reflets d’un verre embué le présage d’une visite vers
l’infini.

Lorsque l’artiste conçoit son jardin, c’est une manière d’écrire son histoire personnelle. Son imagination, sa vision vont s’exprimer dans l’invention de son paradis. Conter un jardin, c’est raconter l’histoire de toute une vie, durant laquelle chacun écoutera notamment l’enseignement du plus vieux compagnon de l’homme : l’arbre, mais aussi de ses fleurs et de toutes les beautés de la Nature. L’histoire se poursuivra bien au-delà offrant à l’humanité un vrai patrimoine vivant. Si l’oxygène de trois cents arbres est nécessaire dans la vie d’un homme, ces sculptures vivantes que sont les arbres offriront une part d’éternité à ceux qui en hériteront.

confiait, Jean Mus, le porte-parole du festival

Le président du département des Alpes Maritimes expliquait "C’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde ». Tels étaient les mots de Michel Foucault pour définir le jardin, cet espace clos et concret où toutes les folies sont possibles. Sans doute est-ce pour cela que de nombreux artistes, qu’ils soient écrivains, poètes, peintres, sculpteurs, ont fait du végétal une source d’inspiration? Certains d’entre eux sont allés plus loin encore en faisant de leur propre jardin un miroir de leur créativité, leur jardin-oeuvre. Je pense ici à Giverny, palette végétale de Claude Monet et véritable incarnation de l’âme impressionniste; au Clos Lucé, écrin de verdure exceptionnel où Léonard de Vinci a nourri sa passion pour la botanique; au jardin de l’abstraction de Kandinsky à Murnau mais encore au jardin de Portlligat, havre de paix surréaliste de Salvador Dali… Sur le thème « Jardins d’Artistes », le Festival des Jardins de la Côte d’Azur, organisé par le Département des Alpes-Maritimes, vous propose une balade hors du temps où l’art et la nature ne font plus qu’un. Un grand merci à l’actrice Audrey Fleurot qui a accepté avec enthousiasme d’être la Marraine de cette 3e édition. C’est un véritable musée à ciel ouvert que nous vous invitons à découvrir au travers de 24 jardins artistiques dont 13 créations éphémères en compétition dans 5 communes du département et, pour la première fois de l’histoire du Festival, à Monaco et 11 jardins hors compétition. Initialement prévu en avril, nous avons fait tout notre possible pour maintenir cet événement. Il constituera pour chacun de nous, azuréen ou visiteur, passionné ou amateur, une occasion unique de se reconnecter à la nature à proximité de chez nous. Je vous souhaite de magnifiques échappées le long des sentiers parfumés de la Côte d’Azur."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article