Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A tourism media

TRAVEL TOP COUNTRY MAG

De retour de Tokyo des JO para-olympiques, les athtlètes étaient à Bruxelles

La ville de Bruxelles recevait les athlètes qui ont concouru les Jeux Para-olympiques. Ils sont revenus médaillés et heureux de représenter le pays. En petit comité, la Ministre fédérale de l'Intégration sociale et en charge des Personnes handicapées, Karine Lalieux, et le Bourgmestre de Bruxelles, Philippe close célébraient leur venus.

© Travel Top Country magazine Roger Habsch à gauche de l'image

© Travel Top Country magazine -

© Travel Top Country magazine -

Aujourd'hui, le paralympique commence à prendre de l'ampleur. Ce n’est pas top, il y a encore des choses à faire pour nous mettre au même niveau que les valides; Il serait souhaitable d'être inclut avec les autres. Tout d'abord, il faudrait réfléchir à unir les fédérations en une. Elle permettrait de gérer les valides et non-valides et ça serait vraiment bien. Des pays tels que la Hollande, les EUA et le Royaume-uni sont déjà loin. Ils ont une fédération, ils ne sont pas divisés en deux, et c’est ça qu’il faudrait faire ici en Belgique!

Roger Habsch déclarait

Bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close © Travel Top Country magazine

Bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close © Travel Top Country magazine

Rencontre avec Roger Habsch, médaillé de bronze en athlètisme.
Médaillé doublement de bronze à Tokyo cet été : médaille de bronze du 100m (20:76),  médaille de bronze du 200m (38:33) en T5. Auparavant, Il est parvenu à décrocher au Championnat du Monde 2019 (Dubaï) la 4ème au 100m  (22:69) et 5ème au 200m (42:06) en T51. Puis au  Championnat d’Europe 2021, à Bydgoszcz en Pologne, où il atteignait la 6ème place au 400m (1:22.15) et 6ème au 100m (20:76) en T52.

 TTC: Depuis combien de temps vous entrainez-vous ?

RH: depuis 2017.

TTC: Faut-il un programme particulier d’entrainement pour réussir ?

RH: il faut travailler dur et je pense que c’est comme ça que l’on réussit. Ce sont des sprints, Je travaille sur ce qu'on appelle un fractionné. C’est un entrainement comme pour les valides.

     TTC La famille, les amis restent-ils votre réconfort quotidien? Sinon, où le trouvez-vous ?

RH Oui, c’est clair que la famille est une priorité pour arriver à quelque chose. On a leur soutien et c’est ça qui est primordial.

    TTC Comment l’entraînement se déroule-t-il avec votre coach ?

RH Je réalise entre 15 et 20 heures d'entrainement par semaine. Je m’entraîne trois fois par semaine à Louvain-la-Neuve. J’enchaine à la fois sur les muscles et la chaise et le résultat est satisfaisant. Bon, je me rends chez mon préparateur physique où je vais m’entrainer sur piste, bien quand il fait beau je m’entraîne aussi sur piste.

TTC : Votre coach est valide ou handicapé ?

RH : Non, non, il est valide.

TTC Le complexe où vous vous entraînez est-il adapté?

RH : Moi, je m’entraine à Louvain-la-Neuve, dans le nouveau centre à Blocry. Cet endroit est vraiment top, l’infrastructure est vraiment chouette. Il est adapté à nous,  la législation demande à adapter le bâtiment, donc il y a des rampes, des WC et des vestiaires adaptés aux handicapés.  Par contre, la piste est comme pour tous les autres athlètes.

TTC Comment se concentrer quand on est handicapé ? Est-ce plus compliqué ?

RH: Non, ce n’est pas plus compliqué. Il faut garder un objectif en tête et je ne pense pas que, pour le réaliser, le fait d’être handicapé pose des problèmes par rapport ça.

TTC: Le para-olympique est-il bien représenté en Belgique ?

RH: Aujourd'hui, le paralympique commence à prendre de l'ampleur. Ce n’est pas top, il y a encore des choses à faire pour nous mettre au même niveau que les valides; Il serait souhaitable d'être inclut avec les autres. Tout d'abord,  il faudrait réfléchir à unir les fédérations en une.  Elle permettrait de gérer les valides et non-valides et ça serait vraiment bien.  Des pays tels que la Hollande, les EUA et le Royaume-uni sont déjà  loin.  Ils ont une fédération, ils ne sont pas divisés en deux, et c’est ça qu’il faudrait faire ici en Belgique!

TTC: À Tokyo, avec la pandémie, c’était compliqué pour accueillir le public. Avez-vous manqué de cela, comme les joueurs de foot qui étaient sans public dans le stade ? Quelle était l’atmosphère?

RH:Oui, sur place, c'était compliqué. En 2019, nous avions plus de 60 000 places vendues et d’un coup tout a été annulé. Mais on n’est pas allé aux jeux paralympiques pour être acclamés. Mais uniquement  pratiquer du sport.La-bas, je ne me suis pas senti stressé.  J’ai dû faire ma course comme si elle se déroulait en Belgique. Je donne mon maximum, puis je me dis, nous verrons.

TTC: Quel message voulez-vous transmettre à tous les athlètes ?

RH: Ne regardez pas en arrière, continuez à performer et prenez-nous comme exemple.

    TTC: Comme nous sommes un média du tourisme, avez-vous des endroits sympas à connaître?

RH: Je suis originaire du centre de Liège. il y a le Carré, la rue de la Haye qui est un bel endroit. En région liégeoise, nous sommes entourés de parcs surtout dans le centre. Les musées sympas sont l ’Aquarium et le musée des armes. Il faut s'arrêter à la gare de Chimay qui est magnifique. Bref Liège reste une ville à découvrir. 

Les athlètes belges sont parvenus à remporter quatre médailles d'or, trois en argent et huit en Bronze. Une victoire pour la délégation belge au Jeux Paralympiques de Tokyo 2021. Rien ne peut arrêter la motivation et le talent de ce pays. En 2024, Paris accueillera la 17ème édition qui se déroulera du 28 août au 8 septembre.

M.P

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article