Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

A media on world tourism

TRAVELTOPCOUNTRY MAG

The Ocean race Europe fera escale à Alicante en 2022

The Ocean Race Europe fera escale à Alicante, puisque la ville espagnole vient d’être confirmée pour l'événément de mai-juin. La ville espagnole rejoint Lorient, en France ; Cascais, au Portugal ; et la ville hôte du grand final, Gênes, en Italie.

En 2008, la ville espagnole était devenue la ville de départ du tour du monde. se réjouit Antonio Rodes, le directeur général de la Sociedad Proyectos Temáticos de la Valencian Community (SPTCV) se réjouit de cette nouvelle « Nous sommes très heureux qu’Alicante, où se trouve le siège de The Ocean Race, mais aussi le Musée de la course, soit la ville d’accueil de l’avant-dernier stopover de ce nouvel évènement qu’est The Ocean Race Europe.The Ocean Race Europe offrira une certaine continuité aux activités organisées à Alicante. Cette nouvelle course européenne place de nouveau la ville parmi celles qui accueillent les évènements majeurs internationaux. Cela contribue à ouvrir de futures opportunités permettant d’attirer le secteur des services et du tourisme, grâce au coup de projecteur qui sera porté sur la ville dans les médias internationaux. »

The Ocean Race Europe est un nouvel évènement dans le calendrier de la course au large, ouvert à deux classes de bateaux, les monotypes VO65 ainsi que des IMOCA - qui seront configurés en mode équipage. Les équipes arriveront à Alicante en provenance de Cascais lors de la deuxième étape de la course, et seront accueillies dans le port d’Alicante, à la mi-juin.

Le directeur de course, Phil Lawrence confiait.« Nous sommes impatients de ramener The Ocean Race Europe à Alicante. Cela permettra à nos fans d’avoir un avant-goût de la course autour du monde, qui commencera en octobre 2022.»

Johan Salén, le directeur général de la course ajoutait.« Notre siège de la course ici à Alicante sera un lieu important de The Ocean Race Europe. D’abord parce qu’Alicante accueillera le troisième stopover, mais aussi parce que notre QG sera le hub média en plus d’abriter la direction de course pendant The Ocean Race Europe.. Avec ce stopover confirmé à Alicante comme la pièce finale du puzzle de ce parcours européen, le programme complet de The Ocean Race Europe - dont les régates côtières - sera dévoilé d’ici quelques jours.»

Les organisateurs de The Ocean Race souhaitent apaiser les inquiétudes car tous les consignes sont prévues pour respecter les sécurités sanitaires liés au covid19 durant la course.
 

Alicante Stopover. Aerial views of the Race Village. 12 October, 2017. © Pedro Martinez/Volvo AB

Alicante Stopover. Aerial views of the Race Village. 12 October, 2017. © Pedro Martinez/Volvo AB

Le changement climatique et la protection des mers et Océan

Cette compétition s'inscrit dans une optique de développement durable grâce au programme innovant " ‘Racing With Purpose’ (Naviguer avec du sens) qui aide à restaurer la santé des océans. Le soutien et la collaboration de 11th Hour Racing, Partenaire Fondateur du Programme de Développement Durable permet d'élaborer des actions. Durant la course, les équipes sportives collecteront des données vitales liées à l'impact des humains sur l'océan lors de sa première course européenne. Elles embarqueront du matériel scientifique pour prendre des mesures sur les microplastiques présents dans l’eau, ainsi que des données sur l'impact du changement climatique sur les mers.

La démarche de collecte de données scientifiques par The Ocean Race Europe est soutenue par la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable, qui soutient les efforts visant à inverser le cycle de déclin de la santé des océans et à créer de meilleures conditions pour un développement durable de l'océan.

Deux classes de bateaux participeront à la course, les IMOCA et les monotypes VO65. Deux équipes engagées en VO65 prélèveront des échantillons de microplastiques pendant la course, AmberSail2 et W Ocean Racing, tandis que l’IMOCA 11th Hour Racing, prendra des mesures de surface 24h/24 et 7j/7 du dioxyde de carbone (CO2), de la température de la mer et de la salinité - indicateurs de changement climatique.


Le changement climatique et la pollution plastique sont deux des plus grandes menaces pour la santé des mers. L'océan joue un rôle extrêmement important dans la régulation du climat. Il a absorbé plus de 90% de la chaleur excessive d'origine humaine depuis les années 19701 et absorbe un quart du CO2 lié à l’activité humaine2, contribuant ainsi à atténuer efficacement le changement climatique. Le plastique, quant à lui, est un problème plus visible, avec au moins 8 millions de tonnes pénétrant dans l'océan chaque année3, nuisant ainsi aux espèces marines qui l’ingèrent ou s'y enchevêtrent.

Les données collectées lors de The Ocean Race Europe seront fournies aux organisations scientifiques qui étudient et cartographient ces problématiques. Les mesures du CO2 dissous prises par l’équipe 11th Hour Racing seront utilisées par EuroSea, un programme financé par la Commission européenne qui évalue le rôle de l'océan dans le changement climatique et améliore le système d'observation des océans. Au cours de The Ocean Race Europe, les bateaux traverseront la Méditerranée occidentale, l’un des points chauds de notre planète en matière d’absorption du carbone par l’océan, mais également l’un des domaines d’intervention d’EuroSea pour leur projet d’audit carbone.

Microplastic equipment onboard Turn the Tide on Plastic during the last edition of the Race
© Jeremie Lecaudey/Volvo Ocean Race

Le Dr Toste Tanhua d'EuroSea confirme: "L'océan rend un grand service à l'humanité en absorbant d'énormes quantités de CO2 et de chaleur. EuroSea travaille à améliorer la façon dont ces avantages sont mesurés et interprétés, y compris la valeur monétaire qu'ils apportent. La mer Méditerranée est très efficace pour absorber le CO2, mais sa capacité à le faire peut varier et doit être étroitement surveillée, c'est pourquoi toutes les données supplémentaires sont si utiles. Travailler avec le monde de la voile sur ce sujet est une excellente occasion d'aligner notre intérêt et notre passion pour la mer vers un but commun."

L’équipe 11th Hour Racing collectera des mesures de CO2 en faveur du Surface Ocean Carbon Dioxide Atlas (SOCAT) qui fournit des données pour le Global Carbon Budget, une évaluation annuelle du CO2 qui informe les objectifs et les prévisions de réduction du carbone.

Mairéad O'Donovan, responsable du programme scientifique de The Ocean Race, explique: "Nous savons à quel point l'océan est important, non seulement pour le sport que nous aimons, mais aussi pour réguler le climat et nous fournir de la nourriture, des emplois et l'oxygène que nous respirons. Nous savons également que les impacts humains dégradent gravement l'océan. En collectant des données sur l'état de nos mers, grâce à cette collaboration unique entre les marins et les organismes de recherche océanique, nous sommes en mesure de contribuer à une meilleure compréhension de la santé des océans. C’est un honneur de pouvoir fournir des données de valeur à la communauté scientifique et il est vital que les gouvernements agissent à partir de ces preuves scientifiques pour protéger et restaurer la santé de nos océans et de tout ce qui en dépend."

En collaboration avec le GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel et l'Université d'Utrecht, les données recueillies par les équipes engagées en VO65 contribueront au développement d'une carte tridimensionnelle de tout le plastique présent dans l’océan, en fournissant des mesures dans les zones où il y a actuellement un manque de données. Les échantillons seront analysés par les scientifiques du laboratoire GEOMAR et les données seront modélisées par une équipe de l'Université d'Utrecht qui étudiera le potentiel de transfert des microplastiques dans la chaîne alimentaire et dans les écosystèmes des grands fonds.

Erik van Sebille, océanographe à l'Université d'Utrecht, ajoute: "La caractéristique unique de The Ocean Race est que les bateaux vont à la vitesse de l'éclair. Cette vitesse nous offre une excellente opportunité, car cela signifie que les mesures collectées à différents endroits sont prises avec un minimum de temps entre elles, ce qui signifie que les courants océaniques n'auront pas changé pendant l'échantillonnage. Cela rend l'interprétation des observations beaucoup plus facile. Mesurer les microplastiques dans l'océan est un travail vraiment difficile, et plus les organisations et les équipes participent, plus nous obtenons de données."

The Ocean Race Europe se déroulera en mai/juin de cette année, au départ de Lorient et se terminera à Gênes, en Italie. En plus de capter des données durant la course, Ambersail2 en collectera également lors du prologue dans la mer Baltique en Europe du Nord. Ce sera la première fois que de telles mesures seront prises en mer Baltique, considérée comme présentant des niveaux de pollution très élevés. Les données recueillies seront partagées avec l'Institut de Recherche Marine de l'Université de Klaipeda pour mener des recherches approfondies sur la pollution dans la mer Baltique.

The Ocean Race a lancé son programme scientifique innovant lors de l'édition 2017-18 de sa course autour du monde. Alors que les sept bateaux traversaient certaines des parties les plus reculées de l'océan, ils ont mesuré différentes variables afin de fournir des informations sur le temps, le changement climatique et les microplastiques.

Le programme scientifique fait partie du programme de développement durable « Racing with Purpose », récompensé à plusieurs reprises, et qui rassemble un ensemble de moyens tangibles permettant d’avoir un impact positif sur l’environnement marin. En collaboration avec 11th Hour Racing - le partenaire fondateur du programme « Racing with Purpose » et partenaire premier de The Ocean Race - et Volvo Cars, offrent un programme pédagogique pour connaître l'impact de l'urgence de la protection des océans. En savoir plus, par ici.

Pour la prochaine édition de The Ocean Race en 2022-23, le programme scientifique sera encore élargi, avec encore plus de bateaux transportant des équipements spécialisés afin qu'une flotte entière collecte des mesures directes dans certaines parties de l'océan rarement accessibles pour la recherche scientifique. La course partira d'Alicante (Espagne) à l'automne 2022 et finira à Gênes (Italie) en été 2023.


Sources
1. IPCC 
2. The oceanic sink for anthropogenic CO2 from 1994 to 2007 published in Science
3. IUCN

 

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post